mardi 25 novembre 2014

Medjugorje : le 14ème anniversaire de la mort du Père Slavko Barbaric

Le Père Slavko Barbaric est décédé le 24 novembre 2000, sur le Krizevac, à Medjugorje



Le lundi 24 Novembre 2014, quatorzième anniversaire de Fr.Slavko Barbaric.. Il est décédé à cette date en 2000, après le Chemin de la Croix sur la montagne Krizevac, 




et son corps repose dans le cimetière "Kovacica"de Medjugorje. Une messe a été célébré hier dans l'église Saint -Jacques.

Photos lors de son enterrement.










Sa tombe est souvent visitée par de nombreux pèlerins et il y a de nombreuses votives tout autour .

Le pere Slavko Barbaric est né le 11 mars 1946, fils de Marko et de Luca née Stojic a Dragicina (paroisse de Cerin). Il a fréquenté l’école élémentaire a Cerin et le lycée a Dubrovnik.



 Il est entré dans l’Ordre franciscain a Humac, le 14 juillet 1965. Il a prononcé ses voeux perpétuels le 17 septembre 1971. Il a été ordonné pretre le 19 décembre 1971. Il a étudié a Sarajevo, a Graz et a Frieburg. Il a achevé ses études a Graz par une maîtrise.

 Apres 5 ans de service pastoral dans la Province franciscaine d’Herzégovine, dans la paroisse de Capljina, il a repris ses études en 1978 a Freiburg, ou il a obtenu un doctorat en 1982, dans le domaine de la pédagogie religieuse, ainsi que le titre de psychothérapeute.


                              (Barbaric discute avec le Cardinal Ratzinger)

En tant que pretre franciscain, il a travaillé a Capljina de 1973 a 1978. 

Du printemps 1982 a septembre 1984, il a travaillé a Mostar comme aumônier des étudiants et comme animateur des séminaires de priere dans la maison des soeurs franciscaines a Bijelo Polje pres de Mostar. 



La fécondité de son travail aupres des jeunes et le rayonnement des séminaires de priere, tres bien accueillis par les étudiants, lui ont valu les persécutions du régime communiste en place a l’époque. Dans ces moments difficiles, son activité a été protégée par son éminence, le Cardinal Franjo Kuharic.

Grâce a ses connaissances des principales langues européennes, malgré ses obligations dans les paroisses auxquelles il a été affecté, le pere Slavko a été infatigable dans son service des pelerins de Medjugorje des son retour au pays, en 1982. Il a été officiellement affecté a Medjugorje en 1983. 




Il a suivi de près tous les événements de Medjugorje et a été le directeur spirituel des voyants.

A la demande de Mgr Zanic, éveque de Mostar, il a été envoyé en 1985 dans la paroisse de Blagaj, et en 1988 a Humac, ou il était vicaire de la paroisse et assistant du maître des novices.

Au début de la guerre en Bosnie-Herzégovine, lorsque tous les freres âgés étaient partis a Tucepi, en exil, il est resté a Medjugorje, avec la permission orale de feu le pere Drago Tolj, ancien provincial.

Des le début de sa mission à Medjugorje, il a développe une activité d’écrivain, notamment par des ouvrages de spiritualité : « Priez avec le coeur », « Donne-moi ton coeur blessé », « Célébrez la messe avec le coeur »,


 « A l’école de l’Amour », « Adorez mon Fils avec le coeur », « Avec Jésus et Marie sur le Golgotha, vers la Résurrection », « Priez ensemble d’un coeur joyeux », « Mere, conduis-nous vers la paix », « Suis-moi avec le coeur », « Entretiens », et « Jeunez avec le coeur ».


Il parlait cinq langues, et pour cette raison il  était crucial pour l'aide dans l'accueil des pèlerins de diverses nationalités.

Les ouvrages du Pere Slavko Barbaric ont été traduits en une vingtaine de langues et imprimés a plus de 20 millions d’exemplaires dans le monde entier. 

Il a écrit par ailleurs des articles dans diverses revues. Il a été rédacteur en chef du Bulletin de St François a Capljina, il a collaboré a Krsni Zavicaj, Glas Mira et a la radio “ Mir ” Medjugorje. Il était également infatigable dans son service des pelerins : 

conférences, animation des adorations du Saint Sacrement, de la Vénération de la Croix, du chapelet sur le Podbrdo et du Chemin de Croix sur le Krizevac, ou il a achevé sa vie terrestre. 

Il a animé les retraites annuelles pour les pretres et les rencontres pour les jeunes ; dans la maison de priere “ Domus Pacis ” appartenant a la Province, il a animé les séminaires de jeune et de priere. Les dévastations provoquées par la guerre l’ont conduit a fonder et a accompagner une institution pour l’éducation et les soins :

 “ Village de la Mere ” ou se trouvent déja une soixantaine de personnes (orphelins de guerre, enfants des familles désunies, filles-meres, personnes âgées abandonnées et enfants malades.) S’il y avait une personne qui savait aimer les enfants, c’était le pere Slavko. 

Les petits l’aimaient en retour : ils se pressaient toujours autour de lui et il savait les rassembler – comme Jésus lui-meme ! Sa formation de psychothérapeute lui a permis de travailler avec les toxicomanes de la communauté du “ Cénacle ” fondée par soeur Elvira, principalement dans leur maison de Medjugorje “ Campo della vita ”.

 Il a orienté l’aide matérielle des bienfaiteurs du monde entier vers deux directions principales : “ Fondation pour les enfants des défenseurs défunts ” et “ Fondation des amis des talents ” pour soutenir les étudiants.



Il est difficile d’extraire quoi que ce soit de la vie de cet homme, grand et exceptionnel. Si c’est possible, ce serait alors la période qu’il a passé a Medjugorje. 

Le pere Slavko Barbaric a traversé le monde diffusant le message de la paix et de la réconciliation donné par Notre Dame. Il était l’âme et le coeur du mouvement pour la paix né a Medjugorje . 

Il a été gratifié de qualités exceptionnelles : connaissance des langues, facilité de communication avec les gens, instruction, simplicité, souci de la personne en détresse, énergie inépuisable – on avait beaucoup de mal a croire qu’il pouvait y en avoir autant dans une seule personne, diligence, et surtout piété, humilité et charité.

 Il a beaucoup prié et jeuné, et il aimait Notre Dame comme un enfant. C’était, en effet, le coeur de sa vie : par la priere et le jeune conduire les âmes a Dieu par Marie, Reine de la Paix.



Le vendredi . 24 novembre 2000 sur le mont Krizevac
Ce jour-là, comme chaque vendredi, le Père Slavko avait conduit le chemin de croix de la paroisse; à la fin, au pied de la grande croix en béton, le père Slavko, appel à ceux avec qui il avait fait le Chemin de Croix, a déclaré: 



". La Dame (la Vierge Marie) priez pour nous à l'heure de notre mort»
Puis il a bénit le groupe et peu de temps après le début de la descente (juste après la station XIV), s'est senti mal et s' est effondré sur le sol sans dire une plainte.
Il était environ 15h (l'heure de la Divine Miséricorde) pour ce vendredi 24 . Novembre 2000.

Le lendemain, le 25 Novembre, la Vierge Marie apparaît à la voyante Marija qui a donné le message suivant: 

«Chers enfants, aujourd'hui où le Ciel vous est proche de manière particulière je vous invite à la prière pour qu'à travers la prière vous mettiez Dieu à la première place. 


Petits enfants, aujourd'hui je suis près de vous et je bénis chacun d'entre vous de ma bénédiction maternelle, afin que vous ayez force et amour pour toutes les personnes que vous rencontrez dans votre vie terrestre et que vous puissiez donner l'amour de Dieu. 







Je me réjouis avec vous et je désire vous dire que votre frère Slavko est né au Ciel et qu'il intercède pour vous. Merci d'avoir répondu à mon appel. »



Lettre aux pèlerins du père .Slavko Barbaric.

Cher pèlerin, chercheur de Dieu! Quand vous allez à un pèlerinage à Medjugorje, vous êtes invités à prier 




dans l'église Saint Jacques , à assister à la messe, à vous confesser, de vous mettre en adoration devant le Saint Sacrement, à gravir la montagne le Krizevac (la montagne qui nous rappelle la passion du Christ, notre souffrance et notre croix) et de prier sur la Colline des Apparitions, le mont Podbrdo .





Je pense que si vous avez fait tout cela, vous avez renouvelé votre foi, votre amour et votre espérance, et vous êtes convaincu que Dieu est proche de vous. Ceci est la raison de votre voyage à Medjugorje.





             ----------------------------------------------------------
Sources :