mardi 3 février 2015

Medjugorje :Sauvée de l'Ebola par Notre-Dame de Medjugorje ?



Soeur Paciencia Melgar reçoit le Prix « Navarre » de la Solidarité



11 décembre 2014
Yolanda Barcina, présidente du gouvernement de la Navarre, a remis à Soeur Paciencia Melgar et à Julián Sánchez, directeur de la Fondation Juan Ciudad (créé en 1991 par les Frères de Saint Jean de Dieu) le Prix international « Navarre » 2014 de la Solidarité, au nom de toutes les personnes qui luttent contre l’épidémie d’Ebola.



Selon le dernier rapport de l’OMS, cette épidémie a touché 17.000 personnes en Afrique de l’ouest et a causé la mort de 6.070 personnes.

La remise du prix a eu lieu dans la Salle du Trône du Palais de Navarre, le mercredi 10 Décembre 2014 où l’on célébrait la Journée des Droits de l’Homme. 

La dotation de 15.000 euros ira aux malades atteints du virus Ebola au Liberia et en Sierra Leone.   
          


Sœur Paciencia Melgar, 47 ans, originaire de Guinée équatoriale, appartient à la Congrégation des Sœurs Missionnaires de l’Immaculée Conception et a travaillé pendant onze ans comme infirmière à l’hôpital de l’Ordre de Saint Jean de Dieu à Monrovia (Libéria), 



Juillet 2013 Visite du nonce apostolique Mgr Miroslaw Adamczyk à l’hôpital Saint-Joseph de Monrovia, en compagnie du Père Miguel Pajares, supérieur des Frères de Saint Jean de Dieu (5e de g. à dr) et sœur Paciencia Melgar, supérieure des Sœurs de l’Immaculée Conception (2e)



avec le regretté Père Miguel Pajares, pour assister des personnes malades ayant peu de ressources.



Au cours des derniers mois, elle a soigné des personnes infectées par le virus Ebola dans ce Centre de santé, où elle a contracté le virus. Après avoir surmonté sa maladie, son sérum a été utilisé dans le traitement de l’infirmière auxiliaire Teresa Romero.


Soeur Patience Melgar, d'origine guinéenne, peut se vanter d'avoir vaincu le virus Ebola car c'était pratiquement sans espoir et elle était en mauvaise état. Quand il a été détecté, elle a été transporté à un centre d'isolement à Monrovia, la capitale du Liberia, où elle a vécu l'horreur et le désespoir.




Quelles étaient les conditions?

Nous étions tous ensemble dans un salon ouvert, mais séparés par des écrans. Il y avait environ 30 personnes pour une salle de bains. 


Les gens criaient, pleuraient ... 
C'était horrible. Certaines personnes ont la capacité d'endurer mais d'autres sont plus faibles, déprimés et peuvent mourir plus tôt.





Quel a été le moment le plus dur?

Voir quelqu'un qui marche aujourd'hui, et demain ne peut pas bouger. Ils ont gardé les cadavres et les carcasses ... C' était effrayant d'entendre les cris d'aide, ou une personne criant: «Infirmière, infirmière" Et personne n'est apparue. Une femme a saigné à mort parce qu'elle a appelé à l'aide et personne n' est venue.



Elle a prié Notre-Dame de Medjugorje




Oui, j' ai beaucoup prié dans le centre d'isolement. J'étais friande de cette Vierge parce que le père Miguel m'apporta un livre d'Espagne, Medjugorje (éditoriales Libros libres, 2012), dans lequel les visionnaires parlent de leur expérience.



 J' ai commencé à le lire et je suis devenue accro. Père Miguel m'a donné un chapelet de Notre-Dame de Medjugorje avec lequel il priait chaque jour dans le centre.





Le père Miguel Pajares, âgé de 75 ans, le premier européen atteint d'Ebola est décédé le 12 août 2014 dans un hôpital de la capitale Madrid.




Le missionnaire espagnol Manuel Garcia Viejo est contaminé par le virus Ebola en Sierra Leone fin septembre.




Soeur Paciencia Melgar est rétablie et essaye de l'aider.

Un mois après la récupération, vous êtes venue en Espagne pour aider le père Manuel ... A la demande du gouvernement espagnol?

Non, je me suis offerte quand j' ai appris que Manuel García Viejo avait également été infecté par le virus Ebola en Sierra Leone. J' ai été informée qu' il était en Espagne 

et avait besoin d'un donneur, parce que notre sang peut contribuer à sauver la personne infectée.

Malheureusement, celà ne pouvait pas se faire, parce que Manuel est mort presque jour pour jour quand nous sommes arrivés. Ils m'ont demandé si, comme j'étais ici, je voulais rester pour aider les autres. 


J' ai fait don de mon plasma deux fois à l'infirmière auxiliaire Teresa Romero,

Teresa Romero, a survécu à l'Ebola.



Avis
Autorisation est donnée de diffuser mes articles sous 3 conditions :– 1°)Citer la source "Medjugorje et la Gospa" 2°) Soit recopier une partie du texte et citer la source- 3) Soit recopier tout le texte et la source.En cas de problème, contacter moi sur Twitter ou Facebook ou Gloria.
En cas d’abus,je me réserve le droit de demander le déréférencement de l’article par Google sur votre site et de toutes les pages concernées.et d'engager des poursuites pour tous les autres cas, d'utilisation frauduleuse.Medjugorje et la Gospa.

Les violations du Copyright sont punis par loi.Merci de me signaler toute utilisation frauduleuse ou erronée de mes textes.